lundi 8 janvier 2018

Elle court elle court la soignante

Elle court elle court la soignante. D'un bout à l'autre du couloir, elle zigzague entre le chariot de changes et la bassine de linge sale.

Elle court elle court la soignante. La sonnette de la chambre 103 retentit. Bip, bip, biiiiiiiiiip! Celle de la chambre 108 également. Bip, bip, biiiiiiiiiip!

Elle court elle court la soignante. Madame Tortue est tombée. Monsieur Loup, en essayant de la relever, est tombé lui aussi. Deux personnes à relever et elle est toute seule.

Elle court elle court la soignante. Il y a encore quatre repas en chambre à servir, dix personnes à accompagner en chambre, autant de changes à prévoir, les transmissions à écrire, les poubelles à descendre, les chariots de linge à refaire...

Elle court elle court la soignante. Elle ne sait plus où donner de la tête. Madame Biche hurle dans le salon, Monsieur Chat s'est allongé en travers du couloir, Madame Hérisson a enlevé tous ses vêtements.

Elle court elle court la soignante. Il ne reste plus qu'une heure avant la relève. Une heure, une petite heure, courage, ça va vite passer.

Elle court elle court la soignante. Pourra-t-elle finir son travail à temps? Il ne reste qu'une demi-heure et il y a encore tant à faire.

Elle ne court plus la soignante. Épuisée, lessivée, éreintée, elle s'est écroulée sur la chaise du bureau. La relève est arrivée et elle va pouvoir rentrer. Mais avant, il faut raconter. Raconter la folle soirée, la course, les cris. Raconter l'épuisement.

Elle roule elle roule la soignante. Dans sa voiture, ni radio ni musique. Le silence, enfin! Le silence et la nuit.

Elle ne dort pas la soignante. Son dos est en compote et son moral aussi. Elle pense au lendemain.

Demain est un autre jour. Mais demain sera pareil.

1 commentaire: