mercredi 6 juillet 2016

Et si?


"On n'a pas le temps de parler aux résidents/patients, c'est de la folie!"
"Douze toilettes en trois heures, c'est n'importe quoi!"
"On court tout le temps!"
"On fait tout trop vite!"
"On n'est plus des soignants mais des robots!"
"On maltraite les patients/résidents, on n'a pas le temps de bien faire les choses!"
"Ils se rendent pas compte dans les bureaux, ça se voit qu'ils ne font pas notre travail!"
"Il faudrait plus de soignants, on le dit tous les jours mais personne ne nous écoute!"

Et si on faisait une pause? Si on refusait le rythme imposé? Si on prenait notre temps?

Et si, au lieu de faire le VMF (Visages Mains Fesses) - habillage rapide - hop hop hop on se dépêche avec Madame Pie, on faisait les choses normalement, sans la brusquer? Et si on allait à son rythme au lieu de lui enjoindre d'aller au nôtre? Et si on prenait le temps de lui parler? Et si on s'autorisait à l'attendre quand elle chemine d'un pas lent vers la salle de bain?

Et si, au lieu de nous dépêcher pour finir dans les temps, on ne finissait pas? Si on ne "faisait" que dix patients/résidents au lieu de douze? Si, au moment crucial où nous devrions avoir fini les toilettes et enchaîner sur les repas, nous nous pointions la bouche en coeur dans le bureau de la direction pour dire qu'on n'y arrive pas?

Et si nous donnions à manger aux résidents/patients les plus dépendants lentement au lieu de les gaver comme des canards en période de fêtes? Si nous prenions le temps d'être vraiment avec eux au lieu de courir pour servir tout le monde dans les temps? Si nous leur accordions le temps qu'ils méritent (et qu'ils payent)?

Et si nous faisions la grève du zèle? Si nous faisions notre travail en comptant les heures au lieu de compter les tâches? Si, au lieu de se cacher dans les vestiaires pour critiquer les "administratifs", nous allions crier haut et fort notre ras-le-bol dans le bureau de ces derniers?

Et si, au lieu de dire qu'il faut prendre soin de soi pour prendre soin des autres, on pensait différemment? Et s'il fallait prendre soin des autres pour prendre soin de soi?

2 commentaires:

  1. C'est toujours la même chose : en temps de crise, la direction peut toujours répondre "Ca ne vous plait pas, vous n'êtes pas content ? Il y a 5 millions de chomeurs qui attendent votre place.".
    Compliqué d'être courageux par les temps qui courent...

    RépondreSupprimer